Logo de Décodage Fiscal - Simulateur de statuts juridiques pour indépendants

Simulateur EURL : revenu net, rémunération, dividendes, fonctionnement

Mise à jour le 19 janvier 2024

Découvrez le fonctionnement de l'EURL et simulez gratuitement votre revenu net, vos dividendes, vos cotisations et votre protection sociale (retraite, arrêts-maladie, invalidité, etc.) en EURL à l'IS ou à l'IR.

Qu’est-ce qu’une EURL ?

L’EURL (Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée) est tout d’abord une vraie société, et non pas une Entreprise, bien qu’elle ait été injustement nommée de la sorte. Plus précisément, il s’agit d’une SARL (Société À Responsabilité Limitée) qui a pour particularité de ne compter qu’un seul associé.

Le dirigeant de l’EURL s’appelle le “gérant”, et il est très souvent également l’unique associé de la société.

La SARL (ou EURL) est un type de société qui existe depuis longtemps en France (plus de 100 ans) et qui est particulièrement adapté aux activités économiques de taille modeste (allant d'un à quelques salariés).

Puisque l’EURL est une société, elle dispose d’une personnalité juridique à part entière, distincte de celle de l’associé (et gérant). De ce fait, c’est la société elle-même qui conclut des contrats, génère du bénéfice, dispose d’un compte bancaire professionnel, et non le gérant, qui dispose par ailleurs d’un patrimoine propre.

Le fonctionnement de l'EURL et des différents impôts et taxes est détaillé dans le reste de l'article. Toutefois, nous avons élaboré un simulateur simple et intuitif qui vous permettra de déterminer en quelques clics si l'EURL est faite pour vous ou d'optimiser fiscalement.

Simulateur EURL

Simulez votre revenu net, vos dividendes nets, vos impôts et cotisations sociales, ainsi que vos droits à la protection sociale (retraite, arrêts-maladie, invalidité, etc.), en EURL à l'IS ou à l'IR.

gratuit

-

sans inscription

Consignes d'utilisation : 1) Indiquez le chiffre d'affaires actuel ou prévisible en EURL, 2) Indiquez le montant total des charges déductibles, 3) Indiquez si vous souhaitez être à l'IS en cochant l'option pour l'IS (sinon, c'est l'IR qui s'applique), 4) (EURL à l'IS) Indiquez le montant de rémunération que vous souhaitez, 5) (EURL à l'IS) Indiquez le capital social de la société (par défaut : 1 €).

Pour information, Décodage-Fiscal réutilise une partie du logiciel développé par l'Etat dans le cadre du site mon-entreprise.urssaf.fr pour estimer les cotisations sociales.

Le choix du régime fiscal : IS ou IR ?

Quelle est la différence entre une EURL à l’IS et une EURL à l’IS ?

Par défaut, l’EURL est à l’Impôt sur le Revenu (IR), sauf si une option est faite pour qu’elle soit à l’Impôt sur les Sociétés (IS).

La principale différence entre l’EURL à l’IR et l’EURL à l’IS est la personne qui devra payer l’impôt.

Si le gérant décide de ne pas opter pour l'IS, l’EURL restera à l’IR et son résultat net, tel qu’il figure au bilan, sera imposé au nom du gérant, sur sa propre déclaration fiscale d'Impôt sur Revenu (IR). Il est important de noter que le bénéfice de l'EURL à l'IR sera toujours imposé au nom du gérant, même si celui-ci préfère laisser l'argent sur le compte de sa société et ne pas toucher le bénéfice.

Au contraire, si une option est faite pour l'IS, le résultat fiscal de l'EURL sera imposé à l’Impôt sur les Sociétés (IS), au nom de l’EURL elle-même. Le gérant devra alors mettre en place une stratégie de rémunération / dividendes pour récupérer la richesse créée.

L’autre différence découle de la première : si une EURL est à l’IR, il n’y a ni rémunération, ni dividende possible, car la totalité du résultat est déjà récupérée par le gérant.

Entre IS et IR, quel régime d’imposition choisir ?

Les deux régimes d’imposition présentent des avantages et des inconvénients.

Le seul avantage de l’EURL à l’IR est sa simplicité : il n’y a qu’un seul contribuable, qu’une seule déclaration, et aucune formalité fiscale ou sociale supplémentaire. Les comptes annuels (bilan) doivent tout de même être établis.

Les avantages de l’EURL à l’IS sont nombreux :

  • Tout comme les salariés, le gérant d’EURL à l’IS bénéficie automatiquement d’un abattement de 10% sur sa rémunération au titre des frais professionnels. Cela signifie que sa rémunération imposable sera réduite de 10%.
  • Le gérant d’EURL à l’IS a la possibilité de garder des bénéfices dans les comptes de la société sans devoir payer directement de l’impôt sur le revenu. Ceci peut permettre de réaliser des investissements via l'EURL.
  • Comme le gérant d'EURL à l'IS décide de sa rémunération et de ses dividendes, il peut mettre en place une stratégie de rémunération et de dividendes optimisée, pour maximiser son revenu net et ses droits pour la retraite.

En définitive, l’option pour l’IS présente de nombreux avantages.

Quelles sont les charges déductibles en EURL ?

Il est possible de déduire fiscalement les dépenses et les frais qui sont liés à l'activité de l'EURL et qui vont dans son intérêt.

Les cotisations sociales du gérant sont également déductibles, qu'il s'agisse de cotisations obligatoires ou facultatives (ex : mutuelle santé).

Lorsque l'EURL est à l'IS, la société peut en plus déduire la rémunération qu'elle verse au gérant.

Quel salaire (ou rémunération) se verser en EURL à l'IS ?

Lorsqu'un gérant d'EURL a opté pour être à l'IS, il doit décider du montant de la rémunération que l'EURL lui allouera pour ses fonctions de direction.

Une première stratégie consiste à se verser en rémunération la totalité des disponibilités de l'entreprise (bénéfice avant IS). Comme le résultat de l'EURL devient nul, l'EURL ne paie pas d'Impôt sur les Sociétés (IS).

Une seconde stratégie consiste à se verser une partie des disponibilités de l'EURL en rémunération, et le reste en dividendes.

En définitive, les deux stratégies peuvent s'envisager, mais plus les disponibilités de l'EURL sont élevées (ex : 100 000 € de bénéfices avant IS), plus la seconde stratégie devient intéressante pour optimiser (voir exemples chiffrés).

La protection sociale du dirigeant en EURL

L’affiliation à la sécurité sociale des indépendants (SSI)

Le gérant d'EURL est automatiquement affilié à la Sécurité Sociale des Indépendants (SSI), car il a la qualité de gérant et qu'il est majoritaire au capital de la société.

Il en va différemment lorsqu'une personne est minoritaire au capital d'une SARL et qu'elle a également la qualité de gérant (affiliation au régime général de la sécurité sociale en tant qu'assimilé-salarié).

Comment sont calculées les charges sociales (ou cotisations) en EURL ?

Si l’EURL est à l’IR, la base qui va servir au calcul des cotisations sociales est le résultat net de l’EURL, tel qu’il figure sur le bilan comptable.

Si l’EURL est à l’IS, la base qui va servir au calcul des cotisations sociales est constituée de la rémunération et d'une partie des dividendes (voir l'imposition des dividendes en EURL à l'IS).

Le taux et le paiement des cotisations sociales en EURL

Les cotisations sociales sont prélevées soit mensuellement soit trimestriellement, en fonction du dernier revenu connu par l’Urssaf.

Tout comme avec le prélèvement à la source de l'Impôt sur le Revenu, si le revenu annuel s’avère plus élevé ou moins élevé que celui de l’année précédente, il y aura régularisation des cotisations payées.

Le taux des cotisations sociales est d’environ 45% du revenu net (ou 30% du revenu brut).

Les cotisations minimales forfaitaires qui sont toujours dues

Le régime de sécurité sociale des indépendants prévoit un montant minimal forfaitaire de cotisations qui est toujours dû, même en l'absence de revenu.

En 2024, les cotisations minimales sont de 1 209 €.

Le fait de payer des cotisations minimales peut sembler pénalisant en cas de chute d'activité.

Toutefois, cela permettra au gérant de bénéficier d'une protection sociale minimale (retraite, arrêt-maladie, maternité/paternité, invalidité, décès), même avec de faibles revenus.

Les droits à la protection sociale du gérant d'EURL

En EURL, le gérant bénéficie d’une protection sociale complète grâce aux cotisations qu’il paie au régime de sécurité sociale des indépendants.

Il bénéficie ainsi :

  • de la prise en charge de ses frais de santé (environ 65%, le reste pouvant être pris en charge par une mutuelle santé)
  • de la protection contre les risques de la vie (arrêt-maladie, invalidité, décès)
  • de droits pour la retraite de base et complémentaire (consultez notre guide complet sur la retraite des indépendants)
  • des congés de maternité / paternité

Il ne cotise toutefois pas pour le chômage et ne peut donc bénéficier de l’Aide de Retour à l’Emploi (ARE).

Le calcul des impôts en EURL à l’IR

Lorsque l’EURL est à l’IR, il suffit de reporter sur la déclaration fiscale personnelle du gérant le montant du résultat net de l'EURL, tel qu'il figure au bilan.

C'est ce montant qui sera ajouté au revenu global du foyer et qui servira de base au calcul de l'Impôt sur Revenu (IR).

Le calcul des impôts en EURL à l’IS

En matière d'EURL à l'IS, il faut noter qu'il y a deux niveaux d'imposition différents.

Dans le premier niveau, l'EURL va être imposée à l'Impôt sur les Sociétés (IS) sur son résultat, tandis que dans le second niveau, la rémunération et les dividendes éventuellement versés vont être imposés au nom du gérant.

Le calcul de l’Impôt sur les Sociétés (IS)

Il faut ici déterminer le résultat fiscal qui sera soumis à l’IS, puis calculer l’IS lui-même.

Pour obtenir le montant du résultat fiscal qui sera soumis à l'IS, il faut procéder de la sorte :

Résultat fiscal = Recettes - Charges - Rémunération nette avant impôt - Cotisations globales

Une fois que l'on connaît le montant du résultat fiscal, le montant de l'IS s'obtient en appliquant au résultat fiscal les taux d'IS correspondant à chaque tranche dans laquelle il se situe.

Tranches du barème de l'impôt sur les sociétés (IS)
Exemple calcul de l'IS

Prenons l'exemple d'une EURL dont le résultat fiscal (après déduction des charges) serait de 45 000 €. Il va falloir appliquer au résultat fiscal les taux des tranches du barème dans laquelle il se situe.

Sur la tranche de résultat allant de 0 € à 42 500 € : 6 375 €

42 500 x 15% = 6 375

Sur la tranche de résultat allant de 42 500 € au résultat fiscal : 625 €

(45 000 - 42 500) x 25% = 625

Montant total d'IS : 7 000 €

625 + 6 375 = 7 000

Pour un résultat fiscal en l’EURL à l’IS de 45 000 €, le montant de l’IS sera de 7 000 €.

Le calcul de l’Impôt sur le Revenu (IR) du gérant

La rémunération du gérant majoritaire sera soumise à l'Impôt sur Revenu (IR) dans les conditions normales.

Le gérant d'EURL à l'IS bénéficiera automatiquement de l’abattement forfaitaire de 10% pour frais professionnels sur sa rémunération.

L’imposition des dividendes en EURL

L'imposition différenciée en fonction du capital social

Le régime d’imposition des dividendes en EURL à l’IS est un peu plus compliqué que pour les autres sociétés. Il dépend du montant du capital social, du compte courant d'associé et des primes d'émission.

Dans un régime classique d'imposition des dividendes, par exemple en SASU, les dividendes sont taxés à un taux global et fixe de 30%, constitué d'une partie fiscale (12.8% de PFU, pour Prélèvement Forfaitaire Unique) et d'une partie sociale (17.2% de prélèvements sociaux).

En EURL, seule la partie des dividendes qui est inférieure à 10% du capital social (auquel on ajoute le montant du compte courant d'associé et les primes d'émission) suivra le régime classique d'imposition des dividendes. Pour le reste, les dividendes seront bien taxés au PFU de 12.8%, mais pas aux prélèvements sociaux de 17.2%. A la place, les cotisations sociales habituellement prélevées sur la rémunération s'appliqueront.

Ainsi, en EURL à l'IS, une grande partie des dividendes sera considérée comme du revenu professionnel et supportera les cotisations sociales.

Faut-il se verser des dividendes en EURL ?

On pourrait croire ici que les dividendes en EURL ne sont pas une option intéressante, notamment parce que les cotisations de la sécurité sociale des indépendants s'appliquent, et que leur taux moyen est d'environ 45%.

En réalité, les cotisations sociales sur dividendes permettent bien souvent d'optimiser le revenu net, tout en maintenant des droits pour la retraite.

Comment expliquer ce phénomène ? Les dividendes du gérant majoritaire permettent de limiter le montant des prélèvements obligatoires (impôts et cotisations), ce qui peut significativement augmenter le revenu net du gérant, en particulier sur les tranches élevées du barème de l'Impôt sur le Revenu (IR).

Ceci s'explique principalement par deux facteurs :

  1. Tout d'abord, en limitant sa rémunération, le gérant majoritaire limite mécaniquement le montant de l'IR sur sa rémunération. En considérant que les taux de l'Impôt sur le Revenu (IR) vont jusqu'à 45%, il s'agit d'un avantage considérable.

  2. Lorsque la société prend elle-même en charge le surplus de cotisations généré par les dividendes, cela a deux conséquences directes. Comme les cotisations sur dividendes sont déduites du résultat de la société, cela limite d'abord le montant d'IS. Ensuite, cela réduit également le montant des dividendes imposables, et donc le montant du PFU (12.8%) et des cotisations.

In fine, le gérant majoritaire qui aura décidé de se verser des dividendes disposera souvent d'un revenu avant impôt plus faible que s'il avait privilégié la solution "tout rémunération", mais comme il sera beaucoup moins taxé, il bénéficiera également souvent d'un revenu net après impôt plus important (voir exemples ci-dessous).

Pour vérifier si les dividendes sont intéressants dans votre cas, réalisez une simulation sur notre simulateur complet pour freelance (revenu net, dividendes, retraite, protection sociale).

Exemples chiffrés (dividendes)

Pour vérifier l'intérêt des dividendes pour un gérant majoritaire, nous étudierons successivement le cas d'une EURL avec une capacité de rémunération de 150 000 €, sans versement de dividendes puis avec versement de dividendes.

Afin d'étudier l'impact concret de l'assujettissement des dividendes aux cotisations sociales, il sera considéré que l'EURL a un capital social d'1 €, ce qui signifie que les dividendes supporteront quasi-exclusivement les cotisations sociales, et non les prélèvements sociaux à hauteur de 17.2%.

Pour information, ces calculs ont été effectués selon les barèmes d'impôts et cotisations de l'année 2023. Toutefois, les conclusions tirées restent applicables.

EXEMPLE 1 (rémunération : 100%, dividendes : 0%)

L'EURL

Ligne comptableMontant
Capital social1 €
Capacité de rémunération150 000 €
Cotisations42 533 €
Rémunération107 467 €
Résultat fiscal0
Impôt sur les Sociétés (IS)0
Distribution de dividendes0

Le Dirigeant

Ligne comptableMontant
Rémunération107 467 €
Revenu imposable (TMI : 41%)100 383 €
Impôt sur le Revenu (IR)26 108 €
Distribution de dividendes0
Revenu net81 359 €

Dans cet exemple, le gérant dispose d'un revenu net avant impôt d'environ 107 500 € (rémunération), cotise environ 42 500 € à la sécurité sociale des indépendants, et bénéficie d'un revenu net après impôt d'environ 81 400 €.

EXEMPLE 2 (rémunération : 50%, dividendes : 50%)

L'EURL

Ligne comptableMontant
Capital social1 €
Capacité de rémunération150 000 €
Cotisations41 321 €
Rémunération75 000 €
Résultat fiscal (TMI : 15%)33 679 €
Impôt sur les Sociétés (IS)5 052 €
Distribution de dividendes28 629 €

Le Dirigeant

Ligne comptableMontant
Rémunération75 000 €
Revenu imposable (TMI : 30%)71 040 €
Impôt sur le Revenu (IR)14 906 €
Distribution de dividendes28 629 €
IR sur dividendes (PFU à 12.8%)3 665 €
Revenu net85 059 €

Dans cet exemple, le gérant dispose d'un revenu net avant impôt d'environ 103 600 € (rémunération + dividendes), cotise environ 41 300 € à la sécurité sociale des indépendants, et bénéficie d'un revenu net après impôt d'environ 85 000 €.

On le voit, à partir d'un certain niveau de revenu, se verser des dividendes en EURL permet d'augmenter significativement le revenu net pour un niveau de cotisation très proche.

gratuit

-

sans inscription

Déterminez vous-même votre revenu net avec dividendes et sans dividende grâce à notre simulateur gratuit !

Le cumul de l’EURL avec certaines aides

Les revenus retirés de l'activité en EURL ont une nature professionnelle, qu’il s’agisse des revenus en EURL à l’IR (le revenu net) ou en EURL à l’IS (la rémunération + une grande partie des dividendes).

En conséquence, le gérant d’EURL aura souvent des ressources trop importantes pour bénéficier de certaines aides.

C’est notamment le cas de l'ACRE (Aide à la Création ou à la Reprise d'Entreprise), qui limite l’exonération de cotisations sociales aux contribuables dont le revenu est inférieur au plafond annuel de la sécurité sociale, fixé à 46 368 € en 2024.

Quant à l’Aide au Retour à l’Emploi (ARE) versée par Pôle emploi, elle fera l’objet d’une double limite, rendant la majorité des gérants d'EURL inéligibles :

  • 70% du revenu professionnel retiré par le gérant sera déduit de l’allocation-chômage
  • la somme du revenu professionnel retiré par le gérant et de l’allocation-chômage ne pourra dépasser le salaire antérieur ayant permis de générer des droits au chômage

Articles sur le même thème